Un nouvel institut dédié aux maladies génétiques à Paris

Commenter Ici
Merci pour votre commentaire

Copyright: Le Point.fr – Publié le 26/04/2011 à 17:15 • Anne Jeanblanc

Dessiné par Jean Nouvel et Bernard Valéro, le futur bâtiment, privilégiant le verre et les matériaux naturels, rappelle une séquence d’ADN.

Le nouvel institut hospitalo-universitaire dédié aux maladies génétiques a été conçu par les architectes Jean Nouvel et Bernard Valéro
Le nouvel institut hospitalo-universitaire dédié aux maladies génétiques a été conçu par les architectes Jean Nouvel et Bernard Valéro © DR

« Aujourd’hui, en France, les maladies génétiques touchent plus de trois millions de personnes, parmi lesquelles un grand nombre d’enfants. Et avec 30 000 nouveaux cas par an, il s’agit désormais d’une véritable urgence qui nous concerne tous. » C’est ainsi que le Pr Claude Griscelli, spécialiste de pédiatrie et de génétique médicale, souligne l’importance du futur Institut des maladies génétiques qui devrait ouvrir ses portes à Paris en 2013. Porté par la fondation Imagine, il a reçu en mars dernier le label d’Institut hospitalo-universitaire (IHU), décerné par le ministère de la Recherche dans le cadre des investissements d’avenir.

« Les affections génétiques sont encore trop souvent assimilées à des maladies rares, exceptionnelles, mais nous savons maintenant que certains gènes prédisposent aux cancers ou à des maladies infectieuses comme la tuberculose, témoigne le Pr Griscelli, qui préside la fondation Imagine. Des progrès formidables ont déjà été réalisés. Mais, face au défi des maladies génétiques, il nous faut être encore plus ambitieux, aller plus loin, plus vite pour soulager enfants et jeunes adultes, et les accompagner avec leurs familles. »

C’est pour répondre à cet enjeu majeur de santé publique et engager une nouvelle étape décisive dans ce combat pour la vie que des chercheurs et des médecins de l’hôpital Necker-Enfants malades ont décidé de créer l’Institut des maladies génétiques, porté par la fondation Imagine. Inspiré par les patients et conçu au plus proche d’eux, ce pôle de recherche, de soins et d’enseignement associe étroitement la recherche fondamentale, la recherche clinique et le transfert de technologies pour optimiser les découvertes et lutter plus efficacement contre ces maladies graves, souvent invalidantes et responsables de grandes difficultés familiales.

Vingt-quatre équipes de recherche

« Nous devons aller plus vite et mieux pour identifier, comprendre, diagnostiquer et soulager les maladies génétiques qui touchent les enfants et durent toute la vie », insiste le Pr Alain Fischer, qui dirige cet IHU. Pour cela, un nouveau bâtiment de 19 000 mètres carrés a été conçu par les architectes Jean Nouvel et Bernard Valéro. Organisé autour d’un vaste atrium baigné de lumière naturelle, il comprend des espaces de recherche, dotés de laboratoires et de plateaux techniques performants, ainsi que des espaces de soins destinés à accueillir les patients et leurs familles en consultation, un centre d’investigation clinique et les centres de référence des maladies rares. Près de 400 chercheurs, médecins, ingénieurs, techniciens et professionnels de santé y seront regroupés au cours de l’année 2013.

L’Institut est doté d’un conseil scientifique international indépendant présidé par Elizabeth Blackburn, lauréate du prix Nobel de médecine en 2009. Il comprend déjà 24 équipes de recherche et un large ensemble de services cliniques pédiatriques et de médecine d’adulte. Il est organisé en sept programmes de recherche et de soins thématiques qui sont : l’immunologie et l’infectiologie, l’hématologie, la néphrologie, les pathologies du développement, le déficit intellectuel et les encéphalopathies, la dermatologie ainsi que la gastroentérologie. Trois autres programmes – l’endocrinologie, la cardiologie et la psychiatrie – s’y ajouteront progressivement.

 

Kunta Kinté
"Kunta Kinté" est un pseudo mais ce n'est pas le plus important, l'important c'est le partage d'informations. L'important c'est d'éviter au maximum un langage rébarbatif et technique. L'important ici c'est que c'est MON expérience de patient, à partager avec les autres patients.

Pour une fois, le point de vue du patient...

Laisser un commentaire